Semaine 21 – Marathon de la baie du Mont St Michel

Dimanche 13 mai  – Ca y’est je suis sur la route de la baie !

6:30, le matin – le reveil sonne… on est à 4 dans la chambre, les deux petits sur des matelas de trekking et nous dans le lit. On se lève rapidement, passage à la salle de bain, on s’habille. Elle s’occupe des enfants pendant que je charge la voiture. Dehors 6° au compteur de la voiture avec un petit vent…. On décolle de Rennes, personne parle, je me force à  »manger » mes portions de gâteau sport…. une deux trois…. puis six il est 7:30 à la montre, faut que j’arrête (et c’est pas pour me déplaire : déjà que c’est moyen….. mais avec seulement de l’eau pour accompagner sa devient vite un calvaire). On s’approche de Cancale, bouchon des voitures de partout, déviation… arg faut être avant 8:10, les sas sont fermés à 8:15.

8:05 – on arrive tant bien que mal proche du centre de cancale, quelques encouragements de la part de ma petite famille et me voila parti pour récupérer le port de la houle. J’arrive en queue de peloton. La sono est à fond  »Vous êtes 5000 »…du monde de partout, il fait beau, j’oublie même qu’il fait un peu frais.
J’essaye de trouver les meneurs d’allure, je ne les voies pas je suis trop loin ! Je gruge quelques places et me retrouve finalement au milieu du peloton. Un petit coup de téléphone à Fred… trop tard il a éteint son portable. Je suis stressé mais en même temps emporté par l’euphorie de la foule.

Départ – La sono est à fond  »départ dans 30 secondes », un musique débute , j’attends au loin le départ puis la sono qui indique,  »les coureurs en 3:45, les coureurs en 4:00…… » Merde je suis super loin….. ça y’est c’est à mon tour, je mets en marche le chrono. Dans la montée, j’essaye de rattraper un peu mon retard pour essayer de récupérer le ballon des 4:00. Ca y’est il est la devant moi …

C’est énorme, une marée humaine se profile devant moi à ne pas en finir. Au loin, je vois le ballon des 3:45…. Fred doit être bien devant avec celui des 3:15. Je peux l’oublier pour le moment… on joue clairement pas dans la même cour :p

Dans l’euphorie, je prends quelques photos avec mon IPhone. Je suis à l’aise et j’ai mal nulle part pour le moment (même pas aux cuisses).  J’essaye de prendre mon meneur d’allure en photo… la connerie, je m’emmêle les pieds dans le bas de coté de la route et je me casse la gueule…..C’est la cheville qui a pris…. merde….. (on est qu’au 3eme KM). Je reprends mes esprits, relève la tête et quitte le meneur des 4:00  pour descendre autour des 5:24 au pace.

On passe un premier village, du monde de partout, des gens qui vous encouragent personnellement en lisant votre prénom sur le dossard, les binious, y’a même un batacuda dans le second village. Les gamins tendent les mains pour recevoir une claque amicale….Leur regard quand vous claquez leur main et surement le meilleur des encouragements…. c’est énorme !

7eme KM – Retour à la réalité, le genou droit commence à lâcher comme je l’ai malheureusement prévu…. j’essaye de pousser un peu puis… rapidement il faut se mettre à l’évidence. Arret, je sors la genouillère et l’enfile. Je reprends ma course, je suis à 5:27 au pace…. Modulo le genou droit et la cheville gauche…. je suis bien !

10eme, 15eme, 20eme KMs – c’est bon je suis toujours dans la course et au rythme que je souhaitais. J’ai mal au genou et à la cheville mais tout va bien au niveau souffle et coeur. Je passe le semi en 1:55, je suis parfait au niveau timing…. J’absorbe mes gels calmement à la différence du semi. Je m’hydrate… C’est bon je suis toujours dedans, devant moi un senior plus plus 82 ans : c’est énorme. Quelqu’un le suit en vélo et l’encourage, il passe le semi devant moi…. je suis impressionné !

24ème KM – Arg dure…. dure parce que les jambes commencent vraiment à me trahir et surtout parce que des coureurs frais du DUO viennent de prendre le relais y’a 3KM et vous passent devant en vous laissant sur place. Pour rajouter au plaisir, la course a quitté la route pour prendre un chemin secondaire où le bitume laisse à désirer: à chaque pas, je sens les aspérités dans les genoux…. les deux maintenant…. putain …. on en est même pas au 30ème. J’arrête pas de me répéter de faire attention à toute mes sensations, la blessure peut arriver à tout moment.

25ème, 30ème, 34ème KMs – J’ai tellement mal aux jambes que je ne sais plus si c’est les genoux, la cheville ou les quadriceps qui me font le plus mal. Au niveau souffle, tout va toujours bien, je suis autour des 165, y’a que le bas qui ne suit plus… je descends rapidement 5:31, 5:35 au pace… Je suis dans une sorte de bulle mais j’en chie vraiment …

38ème KM – j’entends derrière moi le meneur d’allure des 4:00 qui nous rattrapent. Autour de moi, je suis impressionné par la manière dont chacun gère sa douleur, les femmes, les hommes, les jeunes et les moins jeunes… on est tous dans la même galère tout ensemble pour aller jusqu’au bout. J’entends des personnes qui se mettent à jouer le rôle de locomotive pour leur camarade… L’ambiance est irréelle.

39ème KM – Le meneur d’allure des 4:00 m’est passé devant y’a quelques centaines de mètres, je m’accroche, pour le moment il est  là juste devant moi.  En relevant la tête,  je commence à voir le mont, il est bien réel, il est la au bout…. au bout y’a ma petite famille aussi.

41ème KM – Le ballon des 4:00 est à une centaine de mètres devant moi…. allez faut s’accrocher au bout y’a les 4:00…. Putain qu’elle est longue la digue….. Putain…. faut pas que je marches… si je m’arrête, je repars pas…. J’entends une voix qui dit ….  »Allez Marie, il nous reste 3 min pour aller la bas…3 min et on est sous la barre des 4 ».

42ème KM – putain ca y’est je vois la ligne d’arrivée….. je veux dire, elle est la devant moi. Je donne tout…. je suis dans une bulle… je ne vois même pas ma petite famille là juste devant le podium. Je passe la ligne et je regarde mon chrono : 3h58’59 » (167 de moyenne, pique à 185)

L’arrivée  – Ca y’est je viens de m’arrêter, comme je le pensais, les jambes lâchent. Je cherche de l’eau… et on me remet une médaille….
Je vois une immense parcerelle et plein de monde qui attend pour passer : le ravitaillement c’est en bas. Je pourrais pas attendre: je me mets à taxer quelques coureurs qui ont  »le » graal entre leur main. Après avoir bu quelques gorgée, je m’engage sur cette foutu passerelle. En bas, le premier stand est dédié aux kinés, le ravitaillement c’est encore plus loin…. Merde 😦
Ca y’est j’ai récupéré mon sac: coca, eau, ….. J’ouvre la canette, les deux premières gorgées m’indiquent clairement qu’il faut que je me pose au sol. Je m’asseois en plein au milieu de la salle… on est plusieurs dans le même état. Après une trentaine de secondes qui ont été nécessaires pour récupérer mes esprits, je me relève tant bien que mal et me dirige vers la sortie.

A l’extérieur de la zone dédiée aux coureurs,  je retrouve ma petite famille et ma grande:  »Papa, tu as réussi ! » Rempli d’émotion, je demande un coup de main à ma moitié pour m’asseoir sur les rochers…. je suis vidé – les jambes à moitié paralysées par la douleur. Je suis au pied du mont, je le regarde, ravi de l’avoir atteint !
http://runkeeper.com/user/96752714/activity/87967023

Publicités

Semaine 20

Jeudi 10 mai – 24′ –  Dans deux jours c’est le marathon, 8 jours de repos depuis la dernière sortie qui s’était mal terminée – Je tente une sortie de 25 min. Je démarre, je serre les dents, les deux jambes tirent….. je surveille surtout le genou, je ne pourrais pas gérer la douleur sur 42 km. Après une quinzaine de minutes, les muscles chauffent et les douleurs s’estompent. Je rentre à la maison, un poil soulagé mais toujours indécis sur ma participation dimanche …

Vendredi  10 mai  – La nuit m’a finalement décidé ! Dimanche je serais au moins sur la ligne de départ

Samedi 11 mai – 16:30, village du marathon, retrait du dossard – Equipé de mon pass’dossard, je récupère mon sac, puis direction le stand Overstim’s. Fred m’a dit que je trouvais ma gourde….. Yes ça c’est réglé. Le téléphone sonne, je retrouve Fred et rencontre Thierry. Je suis super stressé… inquiet de la blessure et de l’abandon. Je vois bien que ça se voit et le père Fred se gène pas pour me vanner un peu 😉 Un ami Greg est venu me soutenir… On fait le tour du village, grosse ferveur ! Je regarde les meneurs d’allure, 3:45 …. 4:00, j’hésite un peu…. Greg continue de me taquiner, le meneur  »4h » a un air de bon vivant et de rigolo. Greg me dit, c’est lui qu’il faut suivre ;)…. On marche un peu au travers le village puis  retour sur Rennes.


Semaine 19

  • Dimanche 29 avril – 1h47’51 » (175 de moyenne, pique à 185) –  Premier semi ! En quelques mots : 4 boucles d’un peu plus de 5 kms, pluie, vent, dure !

    Une centaine d’inscrits, je pars dans le groupe de fin et je me rattache à un groupe qui tourne à 4.50 au pace (y’a un jeune papi dans le groupe qui applique la cadence et je me suis fixé de finir à 5 max alors ça me parait un bon choix). Tout va bien, jusqu’à ce qu’au 3 km, je m’aperçois que le parcours est bien vallonné et l’ancien qui monte la cadence à 4.45 sur la montée histoire de faire le tri dans le groupe.  Conclusion, je termine la première boucle avec eux puis j’explose. Le coeur à 176 au compteur, faut que je ralentisse. Je laisse partir le groupe et commence ma course tout seul, ben c’est pas gagné 😦
    Je cours tout le long quasiment tout seul en rattrapant d’autres du groupe qui ont explosé aussi (ça c’est bon pour le moral 🙂 ). Je me tate tout le long à savoir si faut que je prennes les gels… pis au 10ème, il faut être honnête… les gels y’aura pas moyen de les avaler. Je reste à l’eau et au quartier d’orange. La dernière cote et les deux derniers kms me rappellent que j’aurais du faire plus de VMA pour pouvoir rester en dessous des 5′ au pace. Conclusion, je finis à 5’08 » au pace….. ça m’apprendra de vouloir partir trop vite et de suivre les papis !
    http://runkeeper.com/user/96752714/activity/84581116

  • Jeudi 3 mai – 17 min (aïe) – j’arrive pas à me remettre du semi, une douleur énorme sur la face interne de la cuisse gauche… je compense avec la chambre droite et c’est le genou qui lâche… Je rentre à la maison en boitant des deux quilles….. Je commence à m’inquiéter….

Semaine 17

  • Dimanche 15 avril – 1h10’24 » (165 de moyenne, pique à 173) – Retour du repas dominical en famille – Départ trop rapide… alors j’ai essayé de garder le rythme sur toute la durée conclusion je finis un peu au dessous des 5min au PACE (4:45 exactement) … je sais pas si c’est bien pour l’entrainement mais bon c’est cool !
    http://runkeeper.com/user/96752714/activity/81771676
  • Mardi 17 avril – 44’44 » (161 de moyenne, pique à 175) –  en un mot : dure ! – les jambes comme des bâtons, des douleurs à chaque pas :/
    http://runkeeper.com/user/96752714/activity/82203229

Semaine 16

Semaines 13, 14, 15